Les différentes techniques de plasturgie

injection plastique

La plasturgie désigne la transformation du plastique en pièces finies. Le plastique est omniprésent dans notre quotidien. La tablette ou l’ordinateur que vous utilisez actuellement sont majoritairement constitués de plastique, de leurs coques aux éléments électroniques, tout comme le frigo, votre voiture, ou même l’avion dans lequel vous allez embarquer. Mais il n’existe pas qu’un seul procédé de plasturgie. Les industriels ont recours à l’usinage, à l’extrusion, au rotomoulage ou encore à l’injection plastique. En général, on distingue le procédé thermique du procédé mécanique.

Les procédés mécaniques en plasturgie

Il est tout à fait possible d’obtenir les formes désirées par procédé mécanique, c’est-à-dire en travaillant le plastique à l’état dur. Il s’agit principalement de l’usinage qui consiste à sculpter dans un bloc de plastique dur pour réaliser toute pièce en plastique. Les outils utilisés sont les fraiseuses, les meuleuses, les ponceuses et autres perceuses. Depuis peu, certains industriels expérimentent également l’usinage par jet d’eau.

Cette technique est aujourd’hui sophistiquée puisque les travaux sont réalisés et assistés par ordinateur, avec peu d’intervention de la main de l’homme. Le processus est minutieux et donc assez lent et convient plutôt à une production unitaire. Par contre, sa précision est son plus grand atout. Peu importe le nombre d’unités produites, elles conservent toutes les caractéristiques dans leur moindre détail.

Les procédés thermiques

Il s’agit ici de travailler le plastique à l’état liquide. L’extrusion permet d’obtenir des films plastiques fins pour réaliser des sacs en plastique ou encore nos films alimentaires. Mais pour obtenir des formes plus spécifiques comme les boitiers électroniques ou des coffrets, on recourt le plus souvent à l’injection plastique. Également appelé moulage par injection, le procédé que propose plasturgie-cojema.com consiste à reproduire la forme d’une pièce en utilisant un moule pour pouvoir produire des pièces en grande quantité. Bien que la conception du moule soit relativement chère, la production à échelle industrielle permet de rentabiliser l’opération. En effet, le moule n’est à concevoir qu’une seule fois. En aluminium, la durée de vie d’un moule est très élevée.

Techniquement, l’injection plastique utilise des granules thermoplastiques qui sont fondues. Une fois molles, les granules sont acheminées par une vis sans fin pour être injectées par pression dans le moule. Le processus ne dure que quelques secondes, entre l’injection et l’extraction de la pièce. L’injection plastique permet de travailler la matière première sans perte puisque le thermoplastique est entièrement recyclable.

La combinaison des deux procédés

Il n’est pas rare que les deux procédés soient utilisés dans la même chaîne de production. En effet, si le moulage permet de donner les lignes générales à une pièce en plastique, qu’il s’agisse d’un pare-choc de voiture ou du boitier de protection d’éléments électroniques, les trous de fixation ou le lissage nécessitent souvent de recourir à des perçages et meulages. L’injection plastique est destinée à la production en masse tandis que l’usinage s’assure de la finition du produit.

Dans la plupart des cas, la production est précédée par la conception d’un prototype. Pour cette production unitaire, les industriels de la plasturgie recourent souvent à l’usinage pour réduire les coûts avant la création du moule final.